EDITO

« La culture, c’est d’abord l’échange. C’est se raconter des histoires les uns aux autres, exprimer les joies, diffuser les tensions, marquer les moments forts. C’est partager ses inquiétudes, ses espoirs et ses doutes. C’est mettre des sons, des gestes, des textures et des couleurs sur les émotions pour lesquelles nous n’avons pas de mots.
En 2020, un festival de musique, c’est un acte militant. Le processus de création est parfois solitaire, mais l’art, c’est la rencontre de l’œuvre et de son audience. Cette rencontre, est indispensable, c’est notre seul remède contre l’insanité.
Ce visuel témoigne de cette détermination à se retrouver malgré tout, à voire de l’autre autre chose que le dos de la tête dans la file d’attente. Cette envie de hurler qui reste bloquée dans les gorges, elle s’exprime comme ça, tout simplement, en étant là. »
Aurélien LECOUR

Plus que jamais, la voix, cette année là, cette année 2020, se décline dans tous ses états : Belle pour le plaisir de l’esthétisme, douce pour apaiser, énergique pour soigner, colorée pour relier, profonde pour exprimer, forte pour résister, enfin puissante pour exister, malgré tout. De la tradition à la création c’est un voyage depuis les Balkans jusqu’en Méditerranée qu’on vous propose. Et c’est la Maison du Chant, centrée sur la convivialité, qui est l’unique port d’accueil pour cette 16ème édition avec l’auditorium, écrin intime et chaleureux et le Comptoir pour se retrouver autour d’un verre et d’une assiette polysaveurs.
De Vives Voix à la Maison du Chant c’est tout une équipe d’élèves, d’intervenants, de résidents qui se mobilisent pour ouvrir leur Maison à des découvertes, des rencontres, des moments intenses de partage.
Le dernier concert sera un concert, comme les autres années, de jazz, il ouvre ainsi la saison Jazz sur a Ville à laquelle nous participons depuis la création.

La programmation est amenée, en fonction des directives sanitaires et de la santé des artistes à être modifiée, merci pour votre compréhension

A très bientôt, Odile Lecour