Samedi 21 septembre 20h30 Concert Françoise Atlan et l’ensemble vocal Bilbilikas

« Depuis mon retour du Maroc,fin 2012,j’ai eu envie de créer un Ensemble Vocal Féminin, à Marseille .
Il était évident que ce serait autour de l’un de mes répertoires de prédilection, les Romances Sefarades ,et ,par extension,les Romances arabo-andalouses.
Dans ma quête permanente de la transmission ,je décidai de réunir des amies, passionnées de chant ,de niveaux très disparates, connaissant peu ou prou cet univers vocal et poétique.
Des voix travaillées,plus ou moins,et  lectrices,plutôt, oui .
Mais comment  faire pour transmettre ces chants multiséculaires?
Oralement, oui, bien sûr , en grande partie .
Car certains chants s’y prêtent tout à fait .
Mais je fus vite confrontée à la problématique de la notation .
Sans parler de la singularité de l’ornementation ,que je n’évoquerai pas ici ,car c’est un autre débat. 
Passionnant. 
Un questionnement que je connais bien ,puisqu’il constitua l’objet de ma problématique lors de mon séjour au Maroc ,dans le cadre de l’obtention du Prix Villa Medicis Hors Les Murs dont je fus l’heureuse lauréate, adoubée par la merveilleuse compositrice Graziane Finzi ,présidente du jury .
Je me suis donc aperçue,finalement,  que cela serait difficile,de n’envisager  qu’un apprentissage oral,  en raison de la complexité de certains chants;car  ‘ici, en Europe, on aime bien ,avoir un support écrit. 
C’est alors que je décidai, -à reculons ,je dois l’avouer -qu’il serait davantage aisé, pour mes compagnes de chants, de noter au moins les mélodies, et les paroles au-dessous,autant que faire se peut .
Puis, le son de l’Ensemble progressant, je décidai de faire chanter à 2 ou 3 voix ces chants,qui n’ont pas vocation à être envisagés de façon horizontale, et encore moins polyphoniques. 
Encouragée par le groupe, je me lançai, timidement, à écrire une seconde voix ,parfois une troisième. 
Il fallait donc en venir à une notation de plus en plus précise, non seulement de la mélodie, mais aussi des 2 autres voix,conçues avec l’idée de vêtir la mélodie. 
Non pas qu’elle soit nue ,mais l’extrême beauté de la plupart de ces chants, le méritait,à mon sens .
Nous rentrions alors dans un univers plutôt éloigné du départ,un univers davantage sophistiqué  :celui de la composition ,et donc de la re-création . 
Qui s’avéra être une jolie recréation, car ce fût une véritable  bouffée d’air ,que de m’autoriser à en venir à la notation ,parfois  réductrice, par définition. 
Mais pas que .
Par ailleurs, je décidai d’un accompagnement  ,pour chacune des chanteuses, à la percussion, en particulier le tambour sur cadre .
Les chanteuses devinrent ainsi percussionnistes. 
Je restai, ainsi,dans la tradition, des chants de femmes judéo-espagnoles ,chantant avec le « pandero »,charmant petit tambourin à sonnailles. 
Puis ,je me souvins que j’étais pianiste  avant d’être chanteuse. 
Je décidai, encore, de tordre le coup à la tradition ,en habillant de notes tempérées ces chants ,et même, de tenter des harmonisations,toujours avec le souci de respecter la mélodie initiale, sans la trahir ,sans la contrefaire ni l’alourdir .
Nous avons commencé à nous produire, de façon très régulière, avec beaucoup de succès, encouragées par un public qui nous dit souvent, être « charmé « au sens premier du terme. 
Si j’ouvre une Page FB aujourd’hui après une maturité de presque 7 années,chiffre symbolique , c’est que je sais que nous sommes prêtes, vraiment prêtes, à vous présenter un très beau récital,à travers la tradition des chants de femmes des anciennes Sefarad et  Al Andalous,aux destins étroitement liés. 
De la Turquie au Maroc ,en passant par les Balkans ,de Thessalonique à Grenade ,d’Istanbul à à Sarajevo, entre chants d’amour, de noces et d’exils, histoires jubilatoires et cocasses , et chants liturgiques, de l’hébreu à l’arabe, et du Djudezmo d’Istanbul à la savoureuse Haketia de Tétouan,Tanger ou encore Larache, les Bilbilikas , (un nom féminin de mon invention à partir des biens connus « Bilbilikos »,désignant les  rossignols, ou encore « Bulbul « en turc ),vous invitent à partager leur univers musical et poétique, entre tradition et modernité. »
Francoise Atlan
Samedi 21 septembre 20h30 – Auditorium de la Maison du Chant 49, rue Chape
Comptoir ouvert dès 19h30 pour savourer une assiette multi-saveurs et/ou boire un verre
Entrée 8€ + adhésion annuelle Les Voies du Chant (3€)
Réservation 09 54 45 09 69