Jazz sur la Ville avec Gino Sitson 17 et 18 novembre

Dans le cadre de Jazz sur la Ville http://jazzsurlaville.fr/

Master-Class avec Gino Sitson le samedi 17 novembre de 10h à 17h Polyphonies et polyrythmies africaines + improvisation vocale

Franco-américain d’origine camerounaise, Gino Sitson est vocaliste, compositeur, et aussi chercheur en musicologie. Ses travaux se portent essentiellement sur la cognition musicale, les propriétés expressives de la voix et les processus de transmission des musiques de la diaspora «noire».

Comme vocaliste, il mêle blues et jazz. Tout ce qui entoure ce musicien l’inspire ou peut l’inspirer. Selon lui, à ces sources d’inspiration éclectiques, s’ajoute le cumul de réflexions d’ordre musicologique menées depuis plusieurs années. «Comme j’ai l’habitude de le dire, je suis un esprit libre. Gino Sitson précise que  l’intérêt qu’il porte pour la voix remonte à son enfance. «En tant que chanteuse d’église, ma mère m’a transmis sa passion. À un très jeune âge, je m’amusais à imiter avec ma voix des sons que j’entendais. Plus tard m’est venue l’envie d’explorer cet instrument de manière empirique et scientifique. Il est vrai que cette approche est assez rare au Cameroun. Cependant, je pense que l’idée d’emprunter cette voie fait son chemin» a-t-il continué pour MagHaïti.

Le besoin et le choix de chanter dans sa langue viennent tout simplement de façon naturelle . Elle représente sa culture d’origine. Le medumba est en outre la langue qui traduit le mieux ses émotions. «Par ailleurs, au-delà de mon souhait de chanter dans cette langue que j’aime au plus haut point et qui traduit le mieux mes émotions, il m’importe de la transmettre. De me faire son ambassadeur, pourrait-on dire. Il me semble aussi important de transmettre une langue à sa descendance, à ses enfants, sans quoi la langue risque de disparaître», a-t-il précisé.

Un stage avec Gino Sitson est un moment rare et une occasion unique de rencontrer sa voix et de faire un bout de chemin avec elle.

TARIF : 60€ + adhésion annuelle aux Voies du Chant  // Réservation 09 54 45 09 69 et contact@lesvoiesduchant.org

Extrait de l’interview de MagHaïti / Photo Alain Herman

Concert Gino Sitson Quartet le dimanche 18 novembre à 18h

Gino Sitson sera accompagné de Anne Berry, chant et alto, de Chloé Girodon au violoncelle et de Mattéo Pastorino à la clarinette.

Gino Sitson est venu plusieurs fois à la Maison du Chant avec différentes créations. Nous apprécions sa virtuosité vocale, sa capacité à bousculer les frontières du temps, les frontières géographiques et esthétiques. Il animera une master-classe le samedi 17 novembre. Gino propose des master-classes dans le monde entier, c’est toujours un grand moment de découverte de sa propre voix et de ses multiples facettes et possibilités. Cette master-classe n’est pas conseillée aux tout débutants.

« Echo Chamber est probablement le projet le plus ambitieux de Gino Sitson à ce jour. C’est aussi l’aboutissement d’une réflexion musicale qui embrasse ses multiples influences culturelles, réflexion entamée il y a maintenant plus de vingt ans. Le vocaliste camerounais, basé à New York, mélange ainsi sa parfaite maitrise des polyphonies africaines, de l’harmonie classique – baroque et contemporaine – et des codes du jazz nord-américain pour créer un univers musical inouï. Sur la base d’une formation de chambre, Gino Sitson appose son chant unique, véritable instrument protéiforme à la tessiture improbable, à la fois harmonique et percussif, alternant mélodies, harangues, chœurs et soutien rythmique. La voix se mêle et s’entremêle aux thèmes et aux improvisations, en onomatopées ou en medumba (l’une des nombreuses langues Bamiléké du Cameroun), double la clarinette ou bien brode sur le legato du violoncelle et de l’alto. On pourrait tout à la fois citer Schubert, Debussy, Bernstein, Milton Nascimento ou les chants pygmées d’Afrique Centrale car tous entrent en résonance avec cette débauche luxuriante de formes et de sons. Au détour d’une piste, on ne sera donc pas surpris de croiser les mailloches de Manu Dibango qui adoube Echo Chamber du son de ses marimbas. Plus loin, le bouladjèl de René Geoffroy rappelle que la Guadeloupe est aussi « pays » de diaspora africaine et que le lien à la terre d’origine survit dans la vibration du gwoka. Enfin, ce nouvel univers néo-classique ne pouvait que se fondre à merveille avec la douce folie de Maria João qui trouve ici un terrain idéal pour exprimer sa fantaisie lyrique. À la fois primal et pétri d’histoire musicale africaine, européenne et américaine, le projet Echo Chamber de Gino Sitson est une synthèse inédite, proprement époustouflante. »
Christophe Jenny / mars 2018   La photo de Mattéo Pastorino est de Serge Stuyts.

Tarif master-classe : 60 & 12 € d’adhésion annuelle Les Voies du Chant

Tarif concert : 10 et 12€

Pour rencontrer Gino Sitson http://www.ginositson.com/

Mise en oreille avec d’autres instrumentistes https://www.youtube.com/watch?time_continue=26&v=HYxBIsOYV3w