De Vives Voix #12 – 3 octobre – A Filetta

20h30 – Eglise St-Pierre et St-Paul – A FILETTA

« CASTELLI » sortie de l’album en octobre 2015

Pour clôturer en toute beauté De Vives Voix, l’ensemble corse A Filetta présentera sa toute dernière création « Castelli »

A Filetta, représente, à nos oreilles, l’ensemble le plus emblématique du chant corse. A la fois très proche de la tradition et résolument ouvert à la création, à la recherche d’harmonies, de mélodies, de sons plus actuels. Nous revenons des Rencontres de chants polyphoniques de Calvi où nous avons eu la chance d’entendre la première présentation de Castelli ; nous sommes encore sous l’emprise du charme et de la puissance des voix et particulièrement fiers et heureux de notre choix.

 

Jean-Claude Acquaviva

François Aragni

Paul Giansily

Stéphane Serra

Jean Sicurani

Maxime Vuillamier

Depuis plus de trois décennies, l’ensemble polyphonique A Filetta est l’un des groupes phares du chant en Corse. Cette formation dont l’objectif premier fut de participer à la sauvegarde du patrimoine oral insulaire, s’est largement ouverte au monde tout en demeurant ancrée dans sa terre d’origine. Elle se caractérise par une inventivité toujours renouvelée et une interprétation exigeante.

Bien des collaborations ayant jalonné sa route ont stimulé sa créativité et enrichi son répertoire ; c’est ainsi que son chemin a croisé ceux du théâtre, de la musique de film, ou encore de la danse contemporaine.

En octobre 1978, naissait le groupe A Filetta. A l’époque nous ne savions pas et d’ailleurs, nous ne savons toujours pas, s’il s’agissait du rêve d’une esquisse ou de l’esquisse d’un rêve. L’esquisse d’une demeure à jamais ouverte où pourraient venir trouver refuge, les âmes entremêlées, qui dans leur quête d’éternité, tissent et retissent les fils de ce vieux partage qu’est le chant. Le rêve d’un navire sans pavillon, parti de nulle part sillonner l’ailleurs où des phares immémoriaux pourraient peut-être un jour lui dire :  » c’est là, parmi vous, dans l’éphémère partagé que sont les étendues éternellement heureuses « .

CASTELLI  chantés ici par A Filetta ne font pas référence seulement à des lieux historiques. Ce sont aussi des châteaux en Espagne, des châteaux de sable, des châteaux de cartes… Au fil de pièces sacrées et profanes écrites pour le théâtre, la danse et le cinéma, on y croise autant Shakespeare et Fernando Pessoa que des anonymes, tous étant animés d’une même vision humaniste.

Dans une approche musicale ouverte qui jongle avec mémoire, nostalgie et utopie, ces chants questionnent aussi le sens de la vie et sont comme un écho à cette phrase universelle de Jorge Luis Borges qui écrivait : « Au fond, je suis tout ce que j’ai perdu » !

http://www.afiletta.com/

ENTRÉES : 12 & 15 €

PRESSE

LIBERATION  “… A FILETTA est devenu l’un des premiers groupes patrimoniaux de la tradition corse grâce à sa ténacité, son savoir de la polyphonie corse et surtout son renouvellement, son ouverture du répertoire insulaire aux vents du large…”
L’HUMANITE  “Loin de figer la partition, la polyphonie du groupe trouve au contraire sa force dans la vie et l’émotion suscités par le travail des timbres des voix de chacun de ses membres. Sons gutturaux, musicalité nasale de certaines syllabes, mélange des intonations…Tout l’art des chanteurs d’A Filetta se trouve renforcé par une harmonie complexe dont ils ont le secret”.L’EXPRESS  “Les voix d’A FILETTA parlent à la peau aussi bien qu’à l’oreille.… Le groupe vocal A Filetta chante l’âme de son île avec un talent universel”.LE NOUVEL OBSERVATEUR  “c’est un des plus somptueux groupes de polyphonies corses qui se puissent entendre… A FILETTA a su, sans jamais se renier, ouvrir cet art immémorial sur d’autres formes d’expression, notamment en travaillant sur des musiques de film avec le compositeur Bruno Coulais…”LE FIGARO  “A Filetta, ou l’universel corse”. “A Filetta conquiert de nouveaux territoires esthétiques, invente de nouvelles formes”LA TERRASSE  “Indépendant et créatif, A Filetta réaffirme son refus de se laisser enfermer dans lerôle réducteur de gardiens du temple d’un art vocal insulaire figé voué au seul service du patrimoine pour au contraire donner vie à un ensemble inspiré, certes bien accroché à sa terre natale, mais pour mieux tendre le nez au vent ou comme aujourd’hui regarder vers le ciel, à l’image de la fougère à laquelle il a emprunté son nom…”MONDOMIX  “A Filetta, le chant ouvert”. “Les sept chanteurs corses du groupe polyphonique A Filetta poursuivent depuis 1978 un chemin exigeant mais ouvert, liant une culture orale sans âge aux traditions écrites, sans omettre d’aller à la rencontre du monde”.LE MONDE  « Un spectacle pour onze danseurs, 7 chanteurs et un musicien dans lequel Sidi LarbiCherkaoui renoue avec la sobriété visuelle d’une écriture centrée sur le corps dansant, avec un gros travail autour du mouvement et du rythme. La pièce est par ailleurs sublimée par la sidérante majesté des chants de l’ensemble vocal corse A Filetta et de la chanteuse libanaise Fadia Tomb El-Hage. (…) Les sept voix emplissent l’espace comme on souffle doucement dans un ballon. Une pénétration toute en finesse avec une texture polyphonique limpide et une ampleur élastique qui étreint dans un même élan le répertoire traditionnel corse et oriental des interprètes. »