De Vives Voix #6 – 16 juillet – Lo Cor de la Rosa

Lo Cor de la Rosa – rencontre Nordeste/Occitanie

Création issue d’une résidence à la Maison du Chant
Lo Cor de la Plana  guidé par l’énergie trépidante et insolente de Manu Théron et Renata Rosa, chanteuse brésilienne, accompagnée de Lucas Dos Prazeres se retrouvent pour un cocktail de rythmes et de polyphonies alliant la couleur, la puissance et la chaleur des suds. http://locordelarosa.com/

Etienne Brengues de 2MarsTV et Pirlouiiiit de Concertandco sont venus faire un tour dimanche à la Maison du Chant.. un petit clic sur leur lien pour savourer des moments de la soirée

http://www.2marstv.com/index.php?option=com_content&task=view&id=202&Itemid=47

http://www.concertandco.com/artiste/lo-cor-de-la-plana/paris/billet-concert-27396-1.htm
Rénata Rosa née à Sao Paulo a, très jeune,  adopté les formes musicales du Nordeste du Brésil auxquelles elle s’initie avec passion et talent. Dès son adolescence, elle fréquente les villages de l’embouchure du fleuve São Francisco où elle apprend à chanter le samba de coco, un chant d’appel et de réponse et le toré, un type de polyphonie inspirée des Indiens. Plus tard, elle s’initie au maracatú rural, l’une des traditions du carnaval du Pernambouc et au cavalo-marinho où elle devient l’une des rares femmes à jouer de la rabeca, un violon rural.
Sa voix est son instrument qu’elle promène à travers le monde en s’enrichissant de rencontres et de découvertes.
Ses voyages et les musiciens qu’elle y croise sont sa principale source d’inspiration. Elle s’épanouit à chercher et découvrir le point de rencontres entre les différentes traditions pour faire éclore ce qui deviendra une création http://www.myspace.com/renatarosa
Lo Còr de La Plana est un choeur de Marseille, du quartier de la Plaine. Six chanteurs trépidants, accompagnés de percussions (bendirs et tamburello) et de battements de pieds et de mains…
Manu Théron, Manu Barthélémy, Benjamin Navarino-Giana Sébastien Spessa, Denis Sampieri, Rodin Kaufmann,
La formation s’adonne à la re-création systématique du patrimoine populaire occitan, chantant dans une fièvre inégalée tous les répertoires, du plus religieux au plus  débridé, du plus répétitif au plus occasionnel.
De fait, nos chanteurs vont partout, dans les églises, les usines, les bars ou les théâtres, n’hésitant pas à mêler au paganisme déroutant du vieux fonds occitan les préoccupations des musiciens marseillais d’aujourd’hui.
Ils ne renient alors aucune influence, de Bartok au Massilia Sound System, aucune provenance, d’Oran au Rove, n’ayant pour unique prétention que de faire détonner, résonner et déraisonner dans leur musique tout ce que leur ville et le monde alentour leur donne à entendre…  http://www.myspace.com/locordelaplana

Après la résidence marseillaise Lo Cor de la Rosa s’est produit au Festival JAZZ Nomade à Paris puis est parti pour de nouvelles rencontres et une série de concert au Brésil.

La création présentée à la Sucrière sera enrichie de ces voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *